Ralliement à l’appel d’Attac France pour d’autres banques coopératives d’intérêt collectif

En 2009, Bernard Bayot du Réseau Financement alternatif écrivait : « Le système financier tient davantage ces dernières années du casino que de l’outil économique. Il est impératif que les pouvoirs publics reprennent durablement la main et remettent la finance en phase avec la réalité, en se préoccupant de ses impacts économiques, sociaux et environnementaux. »
Avec l’actualité bancaire, sous la forme de la nationalisation de DEXIA, la Belgique se retrouve à nouveau avec l’opportunité de repenser les finalités mêmes et le mode de gouvernement d’une de ses grandes banques.

Nous lançons un appel pour que l’actuelle opération ne se termine pas, comme le souhaite le Ministre des Finances, par la revente rapide des participations, sur le modèle de l’opération FORTIS en 2008.

Nous nous opposons à ce que les finances communales soient une fois de plus remises à la merci de marchés financiers irresponsables.

Nous nous associons à l’appel lancé par Attac France le 14 septembre dernier, plaidant pour :
des banques visant l’intérêt collectif, qui ne spéculent pas sur les marchés et n’ont pas de lien avec les paradis fiscaux ;
un secteur bancaire socialisé et démocratisé qui soit géré, en Belgique, par un pouvoir partagé de façon équilibrée entre pouvoirs publics (état fédéral, régions et communes) et organisations mutualistes ou représentant les travailleurs.
Nous faisons savoir notre désir d’un établissement financier centré sur le financement de projets locaux bénéficiant à la collectivité, qui remplacera la course au profit par le souci de l’éthique.